22/06/2016, Paolo

22062016
Photo credit: chrisjohnbeckett via Visualhunt / CC BY-NC-N

Paolo apparait dans le métro à l’instant où les portes se referment, retentissantes. Visage sphérique – regard mélancolique – une enceinte tirée à bout de bras. Dans sa main gauche, Paolo tient une flûte péruvienne, un genre d’harmonica en bois, vestiges de bambou passés à la découpe tac, tac, tac, qui retrouvent entre ses doigts une seconde vie musicale.

Paolo met en branle sa musique automatique, l’enceinte émet un ronflement sonore, des airs un peu vieille France souvent malmenés dans les rames de métro parisien. Puis il entame sa joute – joues expirantes chargées d’air – les notes vacillent joyeusement comme évadées du train train quotidien. Avec Paolo, pas de déconfiture musicale tête baissée et rictus affligé au bord des lèvres, pas même besoin d’un fond musical pour avaler la pilule.

Paolo fête la musique toute l’année pour arrondir ses fin de mois, dans l’indifférence parfois. Il poursuit sa route impassible, happé – reprenant son souffle d’une traite à chaque morceau – son gobelet délaissé face à lui, pas même agité devant les passagers.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s