30/12/2018, Tanger

 

Annie Spratt / Unsplash

Le vieil homme pèle un brin de menthe comme on égrène une comptine

Chaque strophe sonne et se teinte

A chaque mouvement ça fait pschittt, une constellation

La délicatesse de ces vieilles mains saisissant les feuilles oblongues de duvet tendre

C’est une offrande aux parfums d’éphémère

Un bouquet de mariée tout juste balancé

Encore en suspension dans une ivresse d’onde

Les feuilles décisives, d’un vert laqué brillant

Flottantes, méduses en ces eaux

Achèvent leur cadence dans un grand verre d’eau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s