12/11/2016

23581427143_bb86be076f_b
Photo credit: Reiner Girsch via Visualhunt / CC BY-ND

A l’entrée de l’Institut du Monde Arabe, on se bouscule. Dans le froid, les parapluies sont de sortie, les capuches aussi. La nuit de la poésie draine un nombre considérable de personnes pour un soir de pluie.

On patiente, on discute, on gigote pour se réchauffer, on écoute les conversations d’à-côté. Puis l’étau se resserre. Bientôt, les deux portes de verre s’ouvriront et se fermeront dans un ballet automatisé rendu frénétique par le poids appesanti des corps qui avancent lentement dans l’entrée.

Le jeune couple devant nous s’avance et se poste devant les deux colonnes métalliques qui crachent de l’air, chaud ou froid, c’est selon suivant les saisons. Les cheveux de la jeune femme prennent un élan statique, comme dans une série mode.

Cette nuit, ils écouteront de la poésie après minuit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s