14/07/2016

43184471_f508f65627_o
Copyright : Chris Yunker / Flickr

Il y a l’horreur des nuits d’été qui commencent comme un sourire puis finissent par mourir.

Il y a la candeur des 14 juillet, humeur joyeuse pétaradante jusqu’en haut des cieux.

Il y a les enfants qui gigotent sur la promenade, les petits vieux immobiles qui s’évadent.

Il y a les Niçois, les Audois, les vacanciers, les étrangers, tous amassés sur la balade des Anglais.

Il y a le soir qui décline, l’air iodé maritime, l’odeur de souffre des pétards qui s’achemine.

Il y a la folie solitaire, grégaire, un camion lancé à plein tube, la rage au ventre et l’âme en guerre.

Il y a l’odeur de sang métallique, dans les yeux des enfants une ombre fantomatique.

Il y a la mort qui saigne et qui malmène – promenade estropiée – monstre furieux de la haine.

Il y a la terreur des nuits d’été, les pleurs du 14 juillet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s