27/06/2016, Marina

Marina
Photo credit : Darren Johnson / iDJ Photography / Flickr

Marina porte une masse de cheveux noirs, longs et mousseux, fins et denses comme une forêt de pins un jour d’automne où la pluie est tombée trop fort. Sa voix est fluette, à l’image de sa stature enveloppée de noir. Marina est journaliste littéraire, aujourd’hui elle a la lourde de tâche de mettre en lumière un jeune talent pourtant déjà promu : tout juste trente ans et un roman publié en plus de 20 langues. L’écrivain est originaire d’un pays d’Afrique sub-saharienne, c’est là que se déroule son roman. Aujourd’hui, il vit aux Etats-Unis et enseigne dans une université l’art d’écrire avec justesse.

J’observe Marina avec attention, peut-être plus encore que l’écrivain. J’entends son urgence à l’interroger avec intelligence et sophistication. L’écrivain occupe l’espace et relève certaines maladresses avec délicatesse, difficile d’échapper à notre biais occidentalo-centré. Mais surtout, il me semble reconnaitre chez Marina ce léger malaise teinté d’amertume. C’est très dur finalement de passer sa vie à mettre en avant le travail d’autrui. Peut-être Marina a-t-elle un ou deux livres en route depuis bien trop longtemps, souvent repris, jamais terminés. Peut-être ressentait-elle à cet instant un certain désarroi? Il m’a semblé que oui, au ton de sa voix.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s