16/06/2016, Barnabé

4468876036_6d29703e71
Photo credit : Photo Extremist via Visualhunt.com / CC BY-ND

Barnabé, c’est l’autre chanteur du métro, croisé dès le lendemain avec sagacité comme pour contrecarrer les plans de Pablo. Barnabé est incontournable d’ailleurs, immanquable, inévitable. Enchapeauté de noir lui aussi, le crâne recouvert d’un bonnet de laine,  les yeux cerclés de lunettes rondes et métalliques.

Barnabé manie son piano électrique avec dextérité, composant une symphonie triste et solitaire. Son visage, ses bras et chaque parcelle à découvert sont recouverts de tatouages colorés. Une étoile file en bas de son front. Une inscription descend au creux de son cou et reprend sa respiration sur son biceps droit.

A côté de lui, la tête posée à terre et le corps affalé, il y a le chien de Barnabé. Tête plissée mélomane, corps vif, muscles saillants recroquevillés. Une vie de chien, certes, mais musicale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s