11/06/2016, Helena

11062016
Copyright : Christopher Campbell / Unsplash

Helena est une vraie beauté rousse, peau translucide et tâches de son ton sur ton. Elle est serveuse dans un bar à la mode tout juste sorti du bitume. Une grande pièce saillie de verre et de métal sur au moins 40 mètres. C’est un bar enfoncé au bout d’une rue perdue aux extrémités de la ville, là où la mixité sociale reprend le dessus et où la ligne de chemin de fer dessine, au loin, l’inexorable frontière entre Paris et sa banlieue.

Débardeur monochrome et sans fioriture, cheveux relevés en chignon, Helena est réchauffée malgré ce printemps qui n’arrive pas. Elle oscille entre la cuisine – ici on ne sert que du caviar, des desserts et quelques menues entrées – et le bar où sa collègue prépare des cocktails alambiqués mais frais, sonorités recherchées pour jeunes gens dans l’air du temps.

A la sortie, nous interrogeons Helena sur le grand tableau qui occupe une bonne partie du mur devant nous. « C’est bien Guy Georges à gauche? » Et puis ces nains de jardin sur la droite, grinçants mais innocents l’air de rien. Helena nous répond que oui, c’est ça. Et franchement, elle n’en peut plus de passer devant des jours durant. Alors si on a 5000 euros dont on ne sait pas quoi faire, on la débarrasse quand on veut!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s