15/05/2016, Anna-chronisme

photo-1454374885700-66810737f859.jpg
Copyright : James Garcia / Unsplash

Quand Anna le regarde, elle se dit qu’il ne fait pas envie. Il ne fait pas non plus « en vie ».

Elle a peur, peur pour lui, peur de la vie qu’il semble vouloir se dresser. Une vie par procuration. Une vie éteinte pour ne pas se heurter.

Anna n’en peut plus. Elle ne supporte plus son égoïsme invertébré, son faux martyre. Les mirages qu’il lui donne à voir encore et toujours. Les décisions qu’il prend pour elle – à sa place – et qui l’anéantissent.

Elle a le sentiment d’être passée de l’égoïsme aveugle des débuts, de l’égoïsme pour deux, à un égo tellement exigu qu’elle s’est égarée.

Finalement, la maladie n’est pas une excuse à tout. Merde les égoïsmes. Merde les nombrils, les fébriles. Merde les autistes volontaires. Merde les écorcheurs de vie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s